INTERVIEWS

CV         TEXTS         INSTAGRAM       

« The Heroine’s journey of Julie Susset »

De Peter de Kuster pour son projet « The Heroine’s journey », le 13 octobre 2017

(+ lien de l’article)

 

What is the best thing that I love about my work?
Freedom to decide everyday the shape I want to, to create, experiment and live on a rhythm I decide. And especially freedom I feel in front of a white canvas, that beginning energy when everything is possible… When I paint it’s like a travel over space and time I love it !

What is my idea of perfect happiness? 
I think there are small, precious moments of happiness, not necessarily perfect. To me it’s not a destination or a goal to achieve, it is already there if you accept to feel it… it’s the path itself ! Feeling I’m at the right place, here and now, feeling I have the life I want, with all that it contains, makes me happy.

What is my greatest fear?
To be blocked by fear. I wouldn’t like that ! I try to challenge myself whenever I feel it between me and the goal to achieve. And as a painter, to have physical injuries on my hands, or eyes. But I guess I would find a way to adapt and go beyond !

What is the trait that I most deplore in myself?
My perfectionism, the pressure I put on myself which is still sometimes inappropriate and exaggerated.

Which living persons in my profession do i most admire?
Generally speaking, artists passionately dedicated to their art with authenticity, galerists, collectors or curators who fight for an artist they believe in, with a genuine intention.

What is my greatest extravagance?
My unstoppable amount of energy. Or my speech flow ! On what occasion would I lie? To help and protect someone.

What is the thing that I dislike the most in my work?
Managing all the self promotion stuff. One day I wish to be helped with this so that I can just paint and create.

When and where was I the happiest, in my work?
Any moment I’m creating ! When I feel the urgence and immediate need to paint. I have not found any other powerful release to free myself from everything than painting. And also, everytime a person had a heart crush on one of my paintings, when I could see stars in one eyes who felt something special about my work that couln’t be explained.

If I could, what would I change about myself?
I would love to be able to resist temptation more. My hedonism, spontaneous taste for life and curiosity could use to be tempered sometimes !

What is my greatest achievement in work?
Being creative every day. I am very proud to live from my art and it is a wonderful feeling, yet a day-to-day personal challenge. It is not just a dream I try every day to transform into reality, but also a declaration of independence, the will to start from oneself and the courage of doing it. It is and has always been a need, a necessity and to finally allow myself to be a full time painter, be where and who I am today, is my greatest achievement.

Where would I most like to live?
So many places ! But for now, after ten years in Paris, I decided to impulse a change and live in a small village by Les Cevennes, in the south of France, where I’m happy to experience a slow lifestyle, surrounded by a wild inspiring nature.

What is my most treasured possession?
My life experiences. The persons I love. All in one : life, time, freedom, family and friends. Without it I would not enjoy all the other things.

What is my most marked characteristic?
My passionate optimistic energy, joyful playfulness and creativity. I can’t stop my unabashed enthusiasm in wanting people feel good and smile.

What is my most inspirational location, in my city?
I come from the atlantic coast, and the ocean has always been a great inspirational partner. But now, in the village of Sauve I live in, that would be La Mer des Rochers, a beautiful hiking spot where the view is so wide that I feel tiny and I love it. Maybe because it is a recent change, but anywhere around here anyway, the light, the different kinds of blue and green, is inspiring.

What is my favourite place to eat and drink, in my city?
I just moved in, I still have to check out all the places to tell ! But I hear good things about La Cantine, where they make day to day “cuisine de marché” in a beautiful old house.

What books influenced my life and how?
Several books, I pass on naming them, sorry ! I am variable in literature (music and art ) things. Each one for a different reason marked important moments in my life… I oriented my readings depending of what I needed to learn, feel or find. Like I do for music or cinema, which have too big roles in my daily life.

You Only Die Once. What music would I listen on my last day?
Nina Simone, “Ain’t got no, I got life”. Or wait ! That would depend on how my last day would look like as I choose music I listen to depending of my humor and state of the moment

Who is my hero or heroine in fiction?
Here a few, each for specific qualities I admire : “Thelma and Louise, Indiana Jones’, ‘Sherlock Holmes’ and many others

Who are my heroes and heroines in real life?
Those who have the courage to act, to believe in oneself, to engage and fight for what they want, yet giving heart, kindness and empathy. Jeanne d’Arc, Mandela, Martin Luther King, Nina Simone, Gandhi, Erin Brokovitch, my partner, my parents, some great friends… Well known or not whatever, it is the cause or values they defend and how they do it which matters and inspire me.

Which movie would i recommend to see once in a lifetime?
Eternal Sunshine or the Spotless Mind by Michel Gondry

What role plays art in my life and work?
Art is completely linked to my life, it is everyday around. It can be a movie, a painting, a family, a garden, a landscape, a good meal.. whatever rises ourselves.

Who is my greatest fan, sponsor, partner in crime?
Not only one person but I would say everybody, directly or not, involved in my life plays a role. Everybody who believed, or believe, in my work, helps me on the way to my realisation as an artist and reminds me how to be true to myself. I’m thankful and lucky to be that well surrounded by day-to-day great supporters !

Whom would I like to work with in 2017?
But I would love to work with a galerist or a curator to challenge myself and work more and more. And a collaboration with musicians or artists in different areas could be fun.

Which people in my profession would i love to meet in 2017?
I would love to have real talking with artists such as Cecily Brown, Jules de Balincourt and Prune Nourry, among others.

What project, in 2017, am I looking forward to work on?
Looking forward to something in 2018. Will let you know soon ! Now for what’s left of 2017, I’m focused on painting new series of work

Where can you see me or my work in 2017?
In Paris you can see some paintings in the Artotheque ECLA of Saint-Cloud, in Montpellier at galerie Samira Cambie and my studio, open to anyone who wants to visit !

What do the words “Passion Never Retires” mean to me?
I totally agree ! These words sum my life up, it’s a lifestyle. Not much more to say.

Which creative heroines should Peter invite to tell their story?
Julie Coustarot, Justine Lecouffe, Adelaïde Potherat, Carole Bouvier, Véronique Lafont, Myrtille Lancelle and many others… Everyone has an interesting story to tell.

How can you contact me?
All this contact details are on my Website : www.juliesusset.com
by email : julie.susset@gmail.com
And it you want to follow up my studio life, get in touch on Facebook and Instagram (@juliesusset)

« Julie Susset et l’incertitude active : entretien avec l’artiste »

De Jean-Paul Gavard-Perret, écrivain et critique, pour LeLitteraire.com, le 5 mai 2017

+ lien de l’article

 

« Adepte des jeux de l’abstraction et la figu­ra­tion afin de brouiller les pistes entre appa­rence et vision, Julie Sus­set atteint des lieux où le monde se trans­forme en fic­tion et la fic­tion en réa­lité. Il existe tou­jours une pro­pen­sion cri­tique et la fabrique de contre-images afin d’empêcher la grande nuit de tom­ber sur notre per­cep­tion et sur les repré­sen­ta­tions de la pré­ten­due psy­ché. De telles pro­po­si­tions répondent au refus de res­ter dans la nuit et de se conten­ter de jouer sous la lune au théâtre des ombres. »

 

Entretien :

 

Qu’est-ce qui vous fait lever le matin ?
Le soleil.

Que sont deve­nus vos rêves d’enfant ?
Je les fais gran­dir, cer­tains ont ren­con­tré la réa­lité, d’autres m’accompagnent encore.

A quoi avez-vous renoncé ?
Aban­don­ner l’idée de la per­fec­tion, ou de chan­ger le monde par exemple ! Plus que renon­cer, je dirais que je m’essaye au lâcher-prise, à faire évo­luer, ajus­ter mes choix.

D’où venez-vous ?
Je suis née en Ven­dée, au bord de l’océan. Mais je me sens venir d’un peu par­tout, je pour­rais avoir de mul­tiples origines !

Qu’avez-vous reçu en « héri­tage » ?
L’urgence joyeuse de vivre !

Qu’avez vous dû “pla­quer” pour votre tra­vail ?
Avec mon plus grand plai­sir, le confor­misme, la sécu­rité de l’emploi et la sta­bi­lité. Mais je n’ai pas vrai­ment eu à “pla­quer” tout ça, au fond, c’était comme une évi­dence, ça m’aurait ennuyée d’être dans ce schéma, ce n’est pas dans mon caractère.

Un petit plai­sir — quo­ti­dien ou non ?
Lézar­der au soleil, par­ta­ger un fou rire

Qu’est-ce qui vous dis­tingue des autres artistes ?
Huummm… dif­fi­cile de répondre à cette ques­tion. D’être auto­di­dacte, sans for­ma­tion aca­dé­mique, ne pas avoir de dis­cours tout prêt… d’être incertaine.

Com­ment définiriez-vous votre approche de l’abstraction ?
Le plai­sir de défor­mer et d’exprimer libre­ment ma sen­si­bi­lité. Pour moi, la bar­rière est fra­gile entre abs­trac­tion et figu­ra­tion, et aucune des deux éti­quettes ne me satis­fait com­plè­te­ment. Est-ce que mon tra­vail est vrai­ment abs­trait ? J’aime ne pas savoir où le pro­chain geste m’emmène, que ce ne soit pas défini à l’avance, c’est ce qui me plait avec l’abstraction. Elle me per­met un lâcher-prise, une forme de liberté, de sur­prise et de décou­verte de moi-même par ce qui “arrive” sur la toile. Après, elle part sou­vent d’un point de départ, qui n’est pas abstrait.

Quelle fut l’image pre­mière qui esthé­ti­que­ment vous inter­pella ?
La toute pre­mière ? je ne l’identifie pas clai­re­ment. J’ai dû l’imprimer en moi, et la défor­mer. Un arbre ou un pay­sage d’enfance de l’océan et des dunes cer­tai­ne­ment. Mais ce dont je me sou­viens clai­re­ment, ce qui m’a inter­pel­lée for­te­ment, ça serait une scène de vie au Séné­gal. Puis, les grandes toiles de Cy Twom­bly au Tate Modern à Londres, qui ont confirmé mon atti­rance pour la pein­ture comme moyen d’expression.

Et votre pre­mière lec­ture ?
Je dirais “Oli­ver Twist” de Dickens ou “L’appel de la forêt” de Jack London

Quelles musiques écoutez-vous ?
Un peu de tout. Ca dépend de mon humeur, et elle peut être très variée ! Du jazz à l’électro en pas­sant par le rock ou le reg­gae. Très mélo­mane, la musique m’accompagne quo­ti­dien­ne­ment et j’y puise beau­coup d’énergie.

Quel est le livre que vous aimez relire ?
J’ai du mal à relire deux fois un livre, comme de revoir un film. C’est très rare, je pré­fère plu­tôt en décou­vrir un nouveau !

Quel film vous fait pleu­rer ?
Plu­sieurs ! Je vis inten­sé­ment l’histoire comme si j’étais vrai­ment dans la peau des per­son­nages… cette empa­thie légè­re­ment encom­brante peut faci­le­ment ame­ner les larmes à cou­ler, mais je me sens impli­quée et encore plus vivante.

Quand vous vous regar­dez dans un miroir qui voyez-vous ?
Une femme et l’enfant qu’elle reste. Et quelqu’un qui me sourit.

A qui n’avez-vous jamais osé écrire ? 
Per­sonne ! Il y a peu de choses que je n’ose pas faire ! Sauf si je n’ai pas trouvé le moyen d’y par­ve­nir. Par exemple, j’aurais aimé écrire à Mar­tin Luther King ou Nina Simone.

Quel(le) ville ou lieu a pour vous valeur de mythe ?
La forêt amazonienne.

Quels sont les écri­vains et artistes dont vous vous sen­tez le plus proche ?
Je suis plus proche du cou­rant du XXeme siècle en pein­ture, avec De Koo­ning and co, Joan Mit­chell, Kir­keby, Cy Twom­bly, cer­taines oeuvres de Schna­bel ou Base­litz, Bas­quiat (et même un peu XIXème avec Matisse, Monet..), de l’expressionnisme abs­trait amé­ri­cain. Les ins­tal­la­tions, les oeuvres contem­po­raines qui pour moi manquent de coeur et de corps ne me touchent pas trop, je ne me sens pas tou­jours en phase avec mon époque sur la sen­si­bi­lité artis­tique mise en avant. Mais depuis quelques années, je fais de belles décou­vertes, qui m’inspirent telles que : Peter Doig, Han­taï, Kimura, Cécily Brown, Jules de Balin­court, Claire Tabou­ret, Gérard Titus Car­mel et beau­coup d’autres. J’ajouterais l’art tri­bal, brut, pri­mi­tif des tri­bus de l’Océanie, à l’Amérique latine en pas­sant par l’Afrique, qui me touche profondément.

Qu’aimeriez-vous rece­voir pour votre anni­ver­saire ?
Une sur­prise. J’adore être sur­prise ! Mais si ça pou­vait être un billet pour par­cou­rir le monde …

Que défendez-vous ?
Dans le désordre, la tolé­rance, la folie, la curio­sité, la pas­sion, la jus­tice, le culot, la liberté d’être soi, l’humanisme

Que vous ins­pire la phrase de Lacan : “L’Amour c’est don­ner quelque chose qu’on n’a pas à quelqu’un qui n’en veut pas”?
Un amour sin­cère et bienveillant.

Que pensez-vous de celle de W. Allen : “La réponse est oui mais quelle était la ques­tion ?“
Elle m’inspire quelqu’un qui ose aller vers l’inconnu et prend le risque d’être posi­tif, quelle que soit la demande. Un risque encore plus inté­res­sant pour moi serait d’oser dire non.

Quelle ques­tion ai-je oublié de vous poser ?
On danse ?

« Interview 2×2 de février: Julie Susset »

D’Isabelle Terrier, pour l’exposition 2×2, le 23 janvier 2015

 

06.03.2014 – Première rencontre avec Julie Susset par l’intermédiaire d’un mail : “Je suis peintre professionnelle, autodidacte passionnée et enthousiasmée par le geste et la couleur”. En un clic sur son site et une visite à son atelier, on se rend compte que cette simple phrase résume l’aura de cette artiste. En février, Julie Susset nous emmène en voyage. Un an après, Le Petit Joseph est heureux de vous présenter son 2X2.

Entretien :

 

Lorsque l’on regarde ton CV artistique, on se rend compte que ton entrée dans la vie de peintre professionnel est relativement récente. Quel a été le déclic ? 

L’envie a toujours été là… Je pense que c’est plutôt une accumulation d’évènements, d’expériences, de rencontres marquantes et parcours singuliers… l’impression d’une sorte de manque aussi, qui a pris de l’ampleur. Et surtout une prise de conscience que je passerai à côté de quelque chose si je ne réagissais pas maintenant ! Cette jolie idée de vivre ses rêves et non pas seulement rêver sa vie a fait son bout de chemin, et s’est un jour imposée à moi ! Enfin écouter cette petite voix que je n’arrivais pas à faire taire. Juste oser choisir le temps. Ou plutôt se donner les moyens de prendre ce temps et l’énergie nécessaires pour peindre, créer, vivre pleinement cette passion. Et le faire!

 

Dernièrement, tu as participé au Salon Réalités Nouvelles. Te considères-tu comme un peintre « inobjectif » selon la définition de Robert Delaunay ? *

A vrai dire, je ne sais pas vraiment… je ne suis pas certaine d’interpréter correctement sa définition ! Tel que je le comprends, si une peinture est abstraite, ou plutôt donc inobjective selon lui, c’est parce que son objet c’est elle-même. Rechercher l’harmonie picturale et la lumière, par la couleur pure, sans plus représenter d’objets. Je ne peins pas la reproduction de ce que je vois, mais l’émotion que cela me procure. Le tableau vit par lui même. Alors oui, dans ce sens, je me rapproche de cette définition. Mais il y a aussi une transposition du monde sensible dans mon travail, même si toute référence directe aux éléments qui le constituent disparaît au cours de l’élaboration de la toile pour ne pas s’imposer au regard. Osciller entre abstraction et figuration. Rester dans l’incertitude, faire perdre les repères, jouer avec cet entre-deux m’intéresse aussi. En fait, je me sens plus proche des expressionnistes abstraits, la forme, le geste et l’action sur la toile autant que la couleur ! Et je dois avouer que j’ai du mal avec l’étiquette du style (et toute étiquette d’ailleurs)… D’autant que je suis au tout début de la recherche, de mon écriture, encore fragile et mouvante… Qu’elle ne soit jamais certaine et figée justement ! 

 

Tu navigues de salons historiques à des lieux chargés d’histoires/d’Histoire comme Le Ventre de la Baleine (lieu où est situé ton atelier). Est-ce important pour toi d’être quelque part proche de tes « pairs », d’une certaine effervescence artistique ? *

Oui, c’est même fondamental pour moi ! Je pense qu’on apprend surtout des autres, de leurs histoires, leurs parcours, leurs attitudes. Observer et interagir avec l’autre est une source inépuisable pour moi d’apprentissage, d’inspirations. Et se mettre en danger, se confronter à ses « pairs », échanger entre artistes c’est stimulant, et je trouve important !

 

Michel Savattier, responsable de la section abstraite du Salon d’Automne de Paris, qualifie ton travail de cette manière : « Chaque tableau est un poème sans les mots ». Si tu devais emprunter les mots d’un poète, lequel représenterait le plus ton oeuvre ? *

Beaucoup d’artistes, pas seulement poètes, m’inspirent à travers leurs mots, leurs réflexions, et me nourrissent. Mais au delà des mots, c’est surtout la réflexion qu’ils provoquent qui me transporte et fait voyager mon esprit. Le poète possède l’art de combiner les mots, les sonorités, les rythmes pour évoquer des images, suggérer des sensations, des émotions. En ce sens on pourrait alors faire le parallèle de la peinture avec tous les poètes ! J’ai toujours du mal avec les questions à réponses uniques… Alors, je dirai Apollinaire, qui part du principe que l’acte de créer doit venir de l’imagination, de l’intuition, car il doit se rapprocher le plus de la vie, de la nature. Et je partage avec lui l’idée que l’art doit alors s’affranchir de la réflexion pour pouvoir être poétique, avoir pour fondement la sincérité de l’émotion et la spontanéité de l’expression, en suivant le mouvement du temps. Je pense aussi à Jack Kerouac qui représente l’état d’esprit dans lequel je suis pour nourrir mon travail, avec ces mots  » There was nowhere to go but everywhere, so just keep on rolling under the stars « . Et je terminerai par Camus, et cette phrase simple qui me réveille quand je doute  » Rien au monde ne vaut qu’on se détourne de ce qu’on aime « .

 

Lorsqu’on s’intéresse à ton travail, le mot « jardin » revient constamment. Pourquoi ? *

Ce mot est souvent revenu en effet, c’était surtout le thème de ma première série. C’est naturellement venu depuis mon ancien appartement-atelier parisien, j’étais sans doute en manque de nature, de verdure, du jardin que je n’aurai peut être pas ! J’aime ce mot pour ce qu’il représente. Ses jeux de lumières. Ses verts. Ses formes et couleurs sans arrêts changeantes. Jardins abandonnés, imaginaires, sauvages, publics, le jardin de l’esprit… Un lieu chargé de sens où l’on se rassemble, on plante, on observe, on rêve. Mais plus que le jardin, on peut élargir mon thème d’inspiration principal à la nature, dont je cherche à retrouver l’essence, l’empreinte, le ressenti dans un univers citadin qui me permet de l’imaginer et l’inventer, la faire entrer dans nos regards, par la couleur. En fait, c’est surtout l’extérieur de manière générale qui est le point de départ de ma recherche picturale, des linges suspendus aux arbres ou aux fenêtres, aux couches de peintures sur des murs plein d’histoires, en passant par les fleurs et poussières au vent…

 

En février, tu proposes un 2X2 pour Le Petit Joseph. Peux-tu le décrire en quelques lignes ? *

Ce 2×2 se fait au travers d’une fenêtre, qui parle d’ouverture. Un imaginaire de possibles, par la ligne, le geste et le rythme. Les façades me fascinent. Les murs, les fenêtres, les portes… nous donnent à voir en matière, en différences, en couleurs. Et pourtant, on peut imaginer beaucoup de choses et autres chemins invisibles, cachés, derrière ces apparentes réalités. Et c’est ce qui me plait. Voir au delà du visible et ne surtout pas s’arrêter à des certitudes maladroites. Une invitation au laisser-aller, à la contemplation, à l’ailleurs. A l’émotion (ou pas!) et l’expression, plutôt qu’à la compréhension, l’analyse, et la justification de toute représentation. On est libre de voir ce que l’on souhaite voir, avec ses propres perceptions et sensations. Un petit rêve d’harmonie, d’apaisement, une enclave au milieu de l’agitation de la vie moderne. Voila, c’est ça : Un mur. Une fenêtre. Une liberté.